« Mary réalisa alors que sa prison se situait sous la terre. On l’avait enterrée vive. »

Les Caprices de Miss Mary

de Colleen McCullough

Editions de l’Archipel 413p.

Quatrième de couverture :

Au décès de sa mère, Mary, la troisième des cinq soeurs Bennet, découvre la liberté. A trente-sept ans, elle qui n’a vécu que pour les autres est bien décidée à ne plus accepter d’entrave à la réalisation de ses rêves. Et surtout pas le triste chaperon que ses beaux-frères souhaitent lui imposer. Sa décision est prise : comme le journaliste dont elle dévore les articles incendiaires, elle enquêtera sur les conditions de vie misérables des ouvriers du Nord. Alors que sa famille craint qu’elle y perde sa réputation, Mary se lance avec fougue dans l’aventure. Mais son enthousiasme se heurte à la réalité de l’Angleterre en ce début de XIXe siècle.

Avis personnel :

Autant dire d’emblée que la quatrième de couverture n’est pas franchement révélatrice du contenu du livre. En effet, on ne rencontrer que très peu « la réalité de l’Angleterre ». Puisque Mary se fait très tôt, dans l’histoire, capturée et emprisonnée.

Lorsque j’ai vu ce livre traîner dans les nouveautés de ma médiathèque, j’ai d’abord était séduite par sa couverture. Les fleurs roses au premier plan, l’herbe à perte de vue et le bleu limpide du ciel… Autant dire qu’il accroche le regard et laisse présager une histoire plutôt heureuse.

Puis, une fois le résumé lu, je me suis dit qu’une suite d’Orgueil et Préjugés pouvait être assez périlleuse. Même si l’auteure est celle Des oiseaux se cachent pour mourir, n’importe qui ne pas peut rivaliser avec Jane Austen. Ainsi, la mésentente entre Darcy et Elisabeth m’a déplu dès le départ. Pour moi il représente LE couple intouchable. Quant à la soudaine beauté de Mary et la descente aux enfers de Lydia, pourquoi pas. Cela dit, le roman reste très bien écrit et les nouveaux personnages sont très intéressants. En particulier celui de Ned qui m’a profondément dérangée et captivée.

Il se lit rapidement et facilement. C’est quand même une bonne surprise.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature, McCULLOUGH, Colleen. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour « Mary réalisa alors que sa prison se situait sous la terre. On l’avait enterrée vive. »

  1. Matilda dit :

    J’aimerais bien que ma médiathèque se le procure … bon je crains quand même un peu pour une suite d’un roman de Jane Austen mais pourquoi pas …

    • lucyspleasure dit :

      C’est sûr que ce n’est pas du Jane Austen mais ce livre est vraiment agréable à lire. Bon, c’est vrai que l’action est loin de ressembler à Orgueils et Préjugés mais les caractères des personnages sont globalement bien respectés. Darcy est orgueilleux, Jane est toujours effacée, Lydia impulsive et Elisabeth… je la trouve un peu plus fière que dans Orgueils et Préjugés. Quant à Mary, le personnage est carrément à l’inverse de l’héroïne originale.

  2. Véro dit :

    Je viens juste de finir Orgueil et Préjugés que j’ai beaucoup aimé. Sans remettre en cause le talent de Colleen McCollough, je ne la vois pas vraiment pouvoir écrire une suite digne de ce nom… du coup, je ne sais pas trop quoi en penser.

  3. petitepom dit :

    je ne suis plus attirée par cette auteur depuis que j’ai voulu lire ses romans historiques, ces derniers sont bien trop ennuyeux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s